Pouzauges et son histoire...



Une implantation stratégique

Située à l'Est de la Vendée, Pouzauges est surnommée Perle ou Reine du Haut Bocage. Accrochée à flanc de collines, elle s'étire doucement en contrebas avec le quartier du Vieux Pouzauges. Son habitat semblant suspendu au relief, Pouzauges est parfaitement ancrée dans un cadre naturel, riche et plein de mystère.

Les premières traces de la ville datent du Moyen Age. Un foyer de population s'installe sur le site du Vieux Pouzauges autour d'une église consacrée à Notre-Dame (visite incontournable de la ville pour ses peintures murales). Mais la colline est rapidement repérée comme un lieu stratégique idéal pour surveiller le bocage vendéen. C'est pourquoi on coiffa son sommet d'une tour, en bois sans doute, puis en pierre, de plus en plus haute et bientôt entourée d'une enceinte. La population pu y trouver un refuge et la ville fit progressivement son apparition, les habitants s'installant sur les flancs de la colline.

Des personnages

De célèbres personnages jalonneront l'histoire médiévale de la ville. Il s'agira des seigneurs de Pouzauges en premier lieu, puis de Guillaume de Chantemerle, proche de la puissante famille poitevine des Thouars. Au tout début du XIIIe siècle, c'est Savary de Mauléon qui devient seigneur de Pouzauges. Il s'agit sans doute du plus fidèle soutien au roi d'Angleterre, Jean sans Terre, en Poitou. Le château échappe de justesse d'ailleurs à la confiscation des biens de Savary de Mauléon par le roi de France en 1233.

Puis les Thouars eux-mêmes laissent leur nom dans l'histoire de la place forte. C'est Guy de Thouars le premier qui est confirmé seigneur de Pouzauges. Il semble qu'alors Pouzauges est l'une des places stratégiques, tenues par le vicomte de Thouars contre le roi de France.

Au XVe siècle, c'est Mile II de Thouars qui figure comme seigneur de Tiffauge et de Pouzauges. La fille et unique héritière de ce dernier, Catherine de Thouars, est enlevée, et épousée par Gille de Rais en 1420. Il obtient ainsi le contrôle des deux seigneuries. Catherine se réfugie à Pouzauges et fait transformer le château défensif en résidence.

En 1440, Gille de Rais est exécuté, Catherine se remarie à Jean II de Vendôme, chevalier et vidame de Chartres. S'en suit une longue succession des seigneurs de Vendôme à Pouzauges jusqu'en 1560.

Viennent ensuite la famille Gouffier, puis les seigneurs de la Pellissonnière avant que ne soit saisi leurs biens par les révolutionnaires.

La Révolution

En janvier 1794, les colonnes de Tureau (ou colonnes infernales) sont à Pouzauges : dans le château est organisé un banquet, à l'issue duquel 32 prisonniers sont fusillés ; pour commémorer ce massacre, une colonne de granit est érigée au pied du donjon. Une grande partie de la ville est également incendiée, les moulins à vent sont rasés tout comme de très nombreuses maisons.

L'année suivante, pour forcer les Vendéens à livrer leurs armes, Hoche saisit le bétail ; une partie du troupeau est enfermé dans la grange du château.

Après les troubles, le dernier héritier de la famille Grignon rachète le château et en 1819, Charles-Louis Grignon fait don par testament de la tour de Pouzauges à son cousin Bagneux.

Le château reste dans la famille Bagneux jusqu'à sa vente en 1988 à la commune de Pouzauges.

Pouzauges peut donc être fière de son histoire séculaire et, soucieuse de la protection de son patrimoine, elle offre chaque année aux visiteurs et aux touristes de passage, une image dynamique et accueillante.