Les modillons

Avec l'aimable concours de Monsieur Henry MARQUIS




Baignant dans l'ART ROMAN, par ce qui nous en reste, POUZAUGES, avec ses églises : Saint Jacques,  Notre Dame du Vieux Pouzauges, l'Aumônerie Saint Jean, possède un petit trésor d'architecture spécifique remarquable qui ceinture en les soutenant les corniches de nos église : les "MODILLONS".

Jusqu'à la fin du Xème siècle, nombre de constructions importantes étaient réalisées en "BOIS" qui, hélas, ne résistaient pas aux incendies lors des pillages, des invasions, des guerres et autres incidents.

C'est à la fin de ce siècle que l'ART ROMAN s'affirma grâce aux communautés chrétiennes qui avaient besoin de sanctuaires, de bâtiments conventionnels, de dépendances et bien entendu d'églises ou de chapelles.
Ainsi se développèrent les constructions dans les abbayes, nombreuses à travers la France.
Hugues Capet, roi de France, à cette époque, fin du Xème siècle, fut sans doute un vecteur important de cet ART nouveau, par le calme et la sécurité qu'il développa, ce qui incita les seigneurs féodaux, petits rois dans leur domaine, à construire, chacun voulant faire mieux que l'autre.
Ainsi se répandirent des chantiers dans notre France où les constructions en bois firent place aux constructions en maçonnerie et sont apparues les premières voûtes maçonnées résistant au feu, mais difficiles à contenir par le poids et la poussée qu'elles exerçaient sur les murs porteurs.

L'ART ROMAN se développa rapidement avec ses singularités, liées aux exigences différentes qu'exigeait la matière première, la PIERRE, qui n'était pas de même composition dans chaque région.

Dans notre haut bocage abondait le "GRANIT" qui connut un emploi important malgré sa densité et sa dureté.

Dans ce XIème siècle naissant, les constructeurs, groupés en fraternités compagnonniques afférentes à chaque profession, développèrent non seulement les nouvelles techniques de construction, mais en même temps,  sous la houlette des maîtres d'oeuvres, surent donner à ces blocs de granit des formes singulières fort adroitement en utilisant les mesures et l'outillage de l'époque.

Ce grand ART se retrouve donc pour notre plaisir dans nos cathédrales, nos abbayes, nos logis, nos châteaux, nos donjons et bien sur nos églises.

L'église Saint Jacques, précédemment appelée Saint Pierre, ruinée au cours des guerres de religion très violentes à Pouzauges, fut reconstruite et le portail d'entrée fut repoussé d'environ de 25 à 30 coudées, soit de 13 à 15 mètres, puis les murs furent rehaussés pour établir le nouveau style, l'ART GOTHIQUE, plus raffiné, plus élevé que son prédécesseur, ce qui explique que aujourd'hui, on ne peut voir correctement les ARCATURES AVEUGLES de notre beau clocher ROMAN, masquées par les toits.
Par contre, on ne peut rester insensible à la beauté intérieure de notre église en admirant la finesse, l'élégance des piliers GOTHIQUES dont le tracé partant du sol se termine à la clef de voute d'un seul tenant.
De même, l'on est frappé par la luminosité intérieure extraordinaire de l'édifice due aux ouvertures GOTHIQUES aujourd'hui garnies de superbes vitraux.
Les constructeurs, ayant rehaussé les murs, ne manquèrent pas d'alléger l'apparence de la nouvelle construction en terminant les murs par une corniche soutenue par des MODILLONS disposés de place en place en ceinture.
Ces MODILLONS que nous admirons aujourd'hui ne représentent sur notre église que des figures humaines dissemblables, plus ou moins 100, qui ont peut-être été sculptées sur place.
Mais il existe d'autres formes de sculptures : des animaux, des objets, des monstres, des motifs floraux ailleurs.
Suite à ces nombreuses démolitions et reconstructions, il apparaît évident que nombre de pierres travaillées de différentes dimensions s'égarèrent et c'est ainsi que nous pouvons voir dans certains murs de Pouzauges des pierres sculptées et même des MODILLONS naufragés, divaguants à l'Aumônerie Saint Jean, dans un mur, à quelques pas de là sur le pignon d'un garage,en haut d'une maison, cours des Miracles, en haut de la maison du Presbytère, un autre sur un pilier contrefort au chevet de l'église Saint Jacques et vraisemblablement ceux qui restent à découvrir.

Car, malgré les siècles, notre POUZAUGES reste toujours mystérieux et garde pour lui ses énigmes, ce qui est passionnant.



MODILLON : élément d'architecture sculpté et saillant employé pour soutenir une corniche. Ne pas confondre avec un CORBEAU, pierre scellée transversalement dans un mur, avec une partie saillante ouvragée, devant supporter de lourdes charges.